Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Royale Introduction

  • : SoSo-A-Lu.over-blog.com
  • SoSo-A-Lu.over-blog.com
  • : Bienvenue dans mon vaste Royaume. Prenez un siège et savourez ce que la littérature peut vous offrir de mieux...
  • Contact

Chut, sa majesté lis...

Recherche Royale

Derniers ajouts à la PAL de Sa Majesté

Fever by Karen Marie Moning Darkest Powers by Kelley Armstrong

Firelight by Sophie Jordon The Hunger Games by Suzanne Collins

Mercedes Thompson by Patricia Briggs Night Huntress by Jeaniene Frost

Trylle Trilogy by Amanda Hocking The Vampire Diaries by L.J. Smith

Vampire Academy by Richelle Mead

Chicagoland Vampires by Chloe Neill Fever by Karen Marie Moning

Guild Hunter by Nalini Singh The Hunger Games by Suzanne Collins

 Luxe by Anna Godbersen Night Huntress by Jeaniene Frost

Parasol Protectorate by Gail Carriger Perfect Chemistry by Simone Elkeles

 The Princess Diaries by Meg Cabot Revenants by Amy Plum

Southern Vampire by Charlaine Harris Trylle Trilogy by Amanda Hocking

Uglies by Scott Westerfeld Vampire Academy by Richelle Mead

 Lux by Jennifer L. Armentrout  Birthmarked by Caragh M. O'Brien

 Starcrossed by Josephine Angelini

 

 Fondatrice du:        

THE GUILD HUNTER SERIES RAPHAEL ORIGINAL FAN CLUB Série: Chasseuse de Vampires

 15 fans recensés (MAJ le 03/05/2012)  -

 

 

 

Plus que fière d'être membre du :              

b&b&d forever 

 

 

 

Je participe au SWAP VO en binôme avec ma Sujette Ismérie.

Mai 2013 !

swap vo 2013 

 

 

582650 363044487127930 1749502241 n

 

tumblr memy7tYXqS1rmx935o1 500

Sa majesté ne fait pas que lire

lesmills les mills

" Fitness is a battle. Welcome to the front line ! "

" Be unstopable ! "

" That burning sensation in your legs is called mediocrity "

 

Et n'oubliez pas que...

Mon Blog se Nourrit

4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 17:55

entre-dieu-et-moi-c-est-fini-de-katarina-mazetti.gif

Le Mots de l'Editeur :

" Linnea a quinze ans, plein de complexes et pas mal de questions qui lui trottent dans la tête. La seule qui la comprenait, c’était Pia, sa meilleure amie, son amie pour la vie… enfin, pour cent vingt jours, “sans compter les week-ends”, Linnea a fait le calcul une fois. Depuis que Pia est morte.
Avec Pia, elle pouvait parler de tout : de l’amour, de la mode, de Markus, le beau gosse dont toutes les filles rêvent, de son père qu’elle voit deux fois par an, de sa mère qui vit avec son nouveau conjoint une relation tumultueuse. Et de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie “croire en Dieu” ? Car ce n’est pas exactement la même chose que le père Noël. Une chose est sûre, ce n’est pas la peine de compter sur Dieu pour résoudre les équations du second degré. Seulement voilà, Pia n’est plus là. Alors Linnea se souvient, puisque, comme dit son excentrique grand-mère, “pour pouvoir oublier quelque chose, il faut d’abord bien s’en souvenir" ".

garanti sans spoilers
Mon avis :

Voici  un livre court et direct qui m’a séduite. Je l’ai longtemps pris puis reposé, commencé puis abandonné. Tout ça pour enfin prendre le temps de m’y plonger avec patience et envie.

J’avais déjà pu apprécier l’écriture de Katarina Mazetti avec Le mec de la tombe d’à côté et c’est avec grand plaisir que je l’ai retrouvé. Ici le sujet traité est diamétralement opposé car il est question d’amitié, d’ados et de suicide. Des thèmes qui sont profondément traités et bien expliqués d’une manière ironique, imagée, parfois triste et poétique.

On dit que la fête rassemble mais c’est souvent la douleur qui lie les âmes. Ce livre est l’histoire d’une amitié qui nait dans la douleur et la brimade, qui va croitre et se nourrir au sein de deux jeunes filles qui portent un regard nu sur leur univers et ceux qui partagent cet espace. Envers et contre tous elles vont se battre pour garder leurs opinions et leurs rêves d’un autre monde jusqu’à ce que la vie telle qu’elle est les rattrapent.

Linnea est un personnage que j’ai aimé dès les premières lignes. Mais pas autant que Pia. Ah, Pia ! J’adore cet être que l’auteur en a fait ; son caractère, sa gravité et son intelligence.  Ses répliques plaines de sens, sa vision d’un  monde désenchantée et parallèlement plein d’espoir. Des répliques pleines de sens sorties du vécu qu’elle s’est forgé.

En bref ? Un petit livre plein de bon sens, facile à lire, et qui laisse des marques au coeur. Emouvant, direct et poétique, c’est un écrit qui restera ancré en moi pendant un long moment.

-*-*-

Le blog de la gentille Chocolatine qui m'a offert ce livre !

couronne

Repost 0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:17

mississipi hillary jordan

Le Mots de l'Editeur :

" Dans le Vieux Sud sauvage des années 40, Laura et Henry luttent pour élever leurs enfants sur une terre ingrate. Laura sait qu'elle ne sera jamais heureuse dans cette ferme isolée et sans confort. Lorsque deux soldats rentrent du front, elle se sent renaître peu à peu. Empoisonné par le racisme, cet univers de boue, de désirs et de mort verra la sauvagerie tout emporter...

Un premier roman magistral sur fond de bruit et de fureur. "

garanti sans spoilers

Mon avis :

Voici un livre qui change beaucoup de ce que j’ai l’habitude de lire. Et je n’aurais surement pas sauté le pas de sa lecture si je n’avais pas eu la chance de le gagner l’an dernier à un concours sur la page Facebook des éditions 10/18.

La première impression que l’on a avec ce roman c’est celle d’une Amérique profonde, conservatrice et rudimentaire. On est loin des Etats Unis des strass et des paillettes. Ici on est au cœur de cette Amérique qui souffre avec ses paysans et leurs espoirs de fortune ; et de ses noirs américains qui caressent le rêve fou d’être totalement libres de leurs gestes et respectés en tant qu’êtres humains.

Le ton de ce livre est rude et sombre. C’est vraiment quelque chose qui frappe car il nous permet de nous rendre compte dès les premières pages que nos personnages ne seront pas gâtés, que l’on ne doit pas s’attendre à un happy end. Ce côté sombre et dérangeant est donc le ciment de cette histoire qui voit évoluer plusieurs groupes de personnages

Il y a tout d'abord les blancs, propriétaires terriens et agriculteurs avec Laura, Henry et Pappy. Puis il y a les noirs qui travaillent pour eux avec Florence et  Hap. Et enfin nous avons les soldats avec Jamie et Ronsel.

Pour moi Pappy a été l'être le plus détestable de ce roman, suivi de près par son fils Henry. Ils sont bloqués dans des principes racistes auxquels je n'adhère pas du tout. Au contraire, j'ai énormément aimé Ronsel et ses parents Florence et Hap. Ce que j'ai tant aimé en Ronsel c'est la force dont il fait preuve, l'envie de s'en sortir et de prouver que même s'il est noir il n'en demeure pas pour autant humain, intelligent et doté d'une âme.

Au final je n'ai pas de reproches à faire à ce livre mais il se situe quand même loin du coup de coeur. En fait il m’est même difficile d'en parler car c'est vraiment une lecture très singulière avec des messages sur le racisme, la guerre et la précarité. C’est une fresque d’un temps que beaucoup d’entre nous oublient quand ils pensent à l’Amérique. Car l’Amérique c’est aussi ça si l’on creuse un peu.

En bref? Une plongée dans l'Amérique profonde du milieu des années 40 où le racisme, la guerre mondiale et l'espoir forment un récit sombre et fort.

couronne

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 08:54

amours et autres echantements de sarah a allen

Le Mot de l'Editeur :

" Bienvenue à Bascom où l'étrange famille Waverly alimente depuis des générations les légendes les plus fantasques. Il y a Claire qui, entre les plats aux vertus magiques qu'elle cuisine et la carapace qu'elle s'est forgée pour ne plus souffrir, pensait avoir tout ce dont elle avait besoin. Il y a Evanelle qui offre les objets les plus insolites mais dont l'utilisation se révèle forcément bénéfique à un moment donné. Et puis il y a Sydney qui revient après des années d'absence avec une fille de 6 ans et un secret qu'elle est déterminée à préserver... A cela ne manquait plus qu'un charmant voisin décidé à courtiser Claire la solitaire pour que la vie de tout ce petit monde s'emballe joyeusement ! "

garanti sans spoilers

Mon avis :

Bien que nous fréquentions souvent le blog l’une de l’autre, il est assez rare que Mya et moi partagions une même lecture. Celle-ci fait exception et si je me souviens bien, ma copinaute avait adoré ce livre.

Pour ma part je suis plus réservée bien que j'ai aimé l’écriture simple, poétique et bien tournée de Mme Allen. Les dialogues sont peu mis en avant par rapport à la narration et j’ai plusieurs fois été surprise de ne pas m’ennuyer (je ne suis pas fan des blocs narratifs ).  

Les personnages sont atypiques, touchants.  On sent que l’auteur a voulu leur donner une vraie profondeur, comme si elle cherchait à nous les faire rencontrer pour de vrai. Leurs réactions sont semblables à celles que vous et moi pourrions avoir face aux aléas de la vie. Et puis ce sont des personnages qui ne sont pas parfaits, qui n’ont pas eus une vie scintillante. Ils sont de ceux qui portent un fardeau dès leur plus jeune âge. Le genre de personnes qui se sentent différentes, rejetées ou tout simplement pas aimés et qui avec le temps et l’expérience vont se reconstruire et essayer de mettre en marche la machine du bonheur.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance un peu féerique de ce livre, les sorts et autres tours. Mais cette ambiance n’a pas vraiment été propice à l’action et c’est ce qui m’a vraiment manqué. Nous n’avons qu’un soupçon d’accélération dans le rythme vers la fin et cela se passe tellement vite que je ne l’ai presque pas remarqué. De plus il manque d'un peu de développement concret au niveau de la "sorcellerie". J'aurais voulu voir des démonstrations plus fortes que celles que nous propose l'auteur.

En bref, j'ai passé un bon moment de lecture, de détente, mais les souvenirs que j'en garderait ne seront pas intarissables. Je vous le conseil pour une période où vous aurez besoin de quelques chose de doux et magique à la fois.

-*-*-

 Retrouvez l'avis coup de coeur de Mya iCi !

couronne

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 18:57

vince et joy, lisa jewell

Le Mots de l'Editeur :

" Et si le premier amour était le bon ?

Été 1986, Vince et Joy ont dix-neuf ans. Ensemble, ils découvrent l'intensité du premier amour, qu'ils ne pourront jamais oublier. Séparés par les caprices de la vie et d'un destin facétieux, ils ne cessent de se croiser, à coup de jeux de tarot, de chat télépathe et de colocataires opiniâtres. Peut-on retrouver son premier amour, vingt ans après ? "

garanti sans spoilers

Mon avis :

Parfois, notre vie peut être chamboulée par une rencontre à première vue fortuite. Nous ne mesurons pas l’impact que cette personne pourra avoir sur notre futur, sur nos décisions et sur nos sentiments.  Vince et Joy tombent amoureux au premier regard alors qu’ils sont en vacances avec leurs familles respectives dans un camping peu renommé d’Angleterre. Bien des années plus tard, Vince se retrouve dans la cuisine d'un couple d'amis et de fil en aiguille en vient à parler de son premier amour... Ainsi commence l’histoire de ce livre. Ainsi commence le récit des vies tourmentées de nos deux protagonistes principaux.

Il est incroyable de voir avec quel brio l’auteur a pu faire fusionner mon esprit avec celui de Vince et de Joy et avec quelle facilité. Je me suis beaucoup attachée à ces deux-là. A première vue ils ont l’air différents à ceci près qu'ils partagent, malgré leur jeune âge, de profondes blessures qui les rendent fort, humains et sensibles. Ils ont aussi un point commun qui va leur jouer bien de mauvais tours : celui de ne pas savoir dire non. Ce sont des personnages accessible et en qui je me suis reconnue bien des fois. J’ai cependant une petite préférence pour Vince qui se démarque de l’archétype masculin par sa sensibilité et par sa compréhension des femmes.

La manière dont le livre est composé pourrait en effrayer  plus d’un à cause de ses retours en arrière incessants car ici on navigue entre souvenirs et moments présents. Mais si l’on met volontairement de côté ce détail temporel on se retrouve avec une histoire bien construite, aux mots savamment choisis et des personnages principaux qui évoluent, en bavent, se rebellent et bien plus encore. Quant aux personnages secondaires je peux juste vous dire qu’ils sont, à mon humble avis, aussi soignés que les principaux.

Ce livre a eu le mérite de me faire passer par une multitude de sensations allant de la joie à la douleur, du rire au désespoir. Bien qu’il ne soit pas un coup de cœur car je pense qu’il manque un petit quelque chose pour le rendre spécial, je peux vous dire que j’ai énormément aimé suivre les tribulations de Vince et Joy, et que Lisa Jewell a un vrai talent pour nous faire ressentir les émotions. Entre coups du sort et mauvaises décisions, nos deux héros vont vivre des expériences marquantes qui nous parlent et c'est cette proximité qui fait du bien!

-*-*-*-

Ce roman est sortit de ma PAL grâce à l'avis de Hamy qui avait titillé ma curiosité.

-*-*-*-*-

Ce livre a fait l'objet d'une LC privée avec Cess qui ne l'a pas encore lu mais ce n'est qu'un détail car moi aussi je suis à la bourre XD

vince et joy, lisa jewell. lc couronne

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 17:29

le mec de la tombe d'a côté katerina mazetti

Le Mots de l'Editeur:

" Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que le tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis... C'est le début d'une passion dévorante. C'est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d'amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures."

garanti sans spoilers

Mon avis:

Cette fois mon avis sera court. Non pas que j’aime écrire juste pour le plaisir d’en faire des tonnes pour combler le vide (et en plus vous ne les lirez pas, ne me dites pas le contraire, je le sais na !), mais j’aime pouvoir exploiter au mieux le potentiel (ou le non potentiel , malheureusement ça arrive) d’un livre.

J’ai eu énormément de mal à écrire cette chronique. Ce n’est pas que je n’ai pas aimé. Au contraire, j’ai passé un agréable moment en compagnie de Désirée et de Benny. J’ai aimé l’humour parfois sombre qui se dégage de ce livre, le style employé (un coup dans la tête de l’un, un coup dans celle de l’autre) et l’originalité du récit. J’ai aussi beaucoup apprécié la justesse avec laquelle l’auteur expose le clivage entre le monde rural et urbain. Au fil de la lecture on sent que les choses ne vont sûrement pas bien finir ou du moins comme on le souhaiterait  mais nous continuons d’espérer une prise de conscience (et de décision) d’un des deux.

En parlant de cette fin, j’avoue qu’elle m’a marquée car j’étais à mille lieues de penser à ça. Je ne sais pas si ça me déçoit ou si ça me ravi, mais en tout cas je sais que je m’en souviendrais de ces dernières pages.

Et que dire des personnages ? Qu’ils sont : originaux ? Oui certes. Bornés ? Oui aussi. Un peu perchés par moment, complètement pris par leurs sentiments pour en oublier de poser les choses et de réfléchir rationnellement, qu’ils sont comme des enfants qui ne veulent pas grandir ? Oui, ça c’est certain.

En conclusion, nous voici avec un roman original qui nous met face à des sentiments comme la solitude, la peur de l’échec et l’amour fou. C’est un livre qui laisse des traces et qui permet aussi de porter un tout autre regard sur autrui.

Note : un deuxième tome est paru. Reste à savoir si je vais avoir le cran de le lire.

 

Ce livre à fait l’objet d’une LC sur Livraddict organisée par Lamalal', venez donc voir ce que les autres lecteurs en ont pensé IcI ! 

couronne

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 18:12

la septième vague daniel glattauer

 Coup de incontestable !

 

Le Mots de l'Editeur:

" Leo, de retour des Etats-Unis, la correspondance entre Emmi et lui reprend, d'abord timide après de longs mois de silence, puis tout s'enchaîne.
Mais voici qu'Emmi souhaite en finir pour de bon et mettre un terme à cette relation épistolaire. Pour cela, elle veut rencontrer Leo, une fois au moins.
La rencontre a lieu - conformément à la forme consacrée du roman épistolaire - sans public. Le lecteur n'aura droit qu'au compte-rendu. 
La relation virtuelle survivra-t-elle au test de la réalité ? Comment maintenir la tension, si les deux personnages ne peuvent plus se cacher derrière les mots, mais se retrouvent face à face ? C'est là tout le charme, pétillant et captivant, de cette romance virtuelle et virtuose.
"

  garanti sans spoilers

Mon avis du T1 iCi!

Mon avis:

Cette fois mon premier mot sera pour montrer mon désaccord avec la quatrième de couverture qui en dit trop à mon goût. Elle ne laisse pas assez planer le mystère sur ce qui va se passer. Heureusement que je ne l’ai pas lu sinon j’aurais pu ne pas avoir autant aimé (dit la fille qui, encore une fois, n’a pas pu se retenir de lire la fin ).  C'est pour cela que j'ai choisit de vous mettre un autre résumé.

Sans transition; voici donc la suite du très encensé (par la critique et par moi-même) Quand souffle le vent du Nord. Autant vous dire que des suites comme ça j’en veux encore et encore ! Ce livre est envoûtant, unique. Les mails entre Leo et Emmi sont fins, sensuels et si, si, si... [et hop, vas-y qu'elle pique des phrases à l'auteur ]

Je me suis sentie comme électrisée par cette lecture, j’étais littéralement scotchée au livre. Mes yeux avaient beau se fermer, mes mains ne voulaient pas lâcher ce chef d’œuvre. J’ai dévoré chacun de leurs mails en essayant de découvrir les sens cachés et d’en déduire la fin. J’ai eu l’estomac noué jusqu’au dernier de leurs échanges.

Je ne saurais mettre du négatif dans cet avis tan j’ai encore une fois trouvé ce livre beau et recherché. Par contre je souhaiterais qu’un troisième volet de leur histoire voit le jour, malhereusement il ne me semble pas que ce soit prévu, dommage.

En bref: c'est une suite qui s’inscris dans la lignée du premier et qui ne me déçoit pas le moins du monde car je lui attribue sans hésitation la mention "coup de cœur".

Encore une fois c'est un emprunt donc je ne perd pas de points au: the end of the story Toujours 1 brave petit point ! 

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 20:08

Quand souffle le 4d9323d344d44

Le Mots de l'Editeur:

" Un homme et une femme. Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu’à devenir accros. Jusqu’à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre, sans se rencontrer pour autant… Savoureuse et captivante, cette comédie de mœurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux. "

Mon avis:

Je ne lis que peu de romans épistolaires et je n’ai jamais vraiment été attirée par ce genre. Pourquoi ? Parce que pour moi c’est un style d’un temps révolu qui rime avec ennuie. Mais après avoir lu ce livre, je ne peux que dire qu’il aurait été vraiment dommage de passer à côté de cette magnifique histoire.

Dès le début j’ai été littéralement scotchée au récit. De la première à la dernière ligne je n’ai pu m’arrêter de souhaiter que l’histoire dure pendant un nombre incalculable de pages. Les échanges sont d’une grande beauté, d’une finesse et d’une richesse incroyable. L’auteur a parfaitement su doser chaque parole.  On comprend aisément pourquoi ce livre fait l’unanimité.

L’histoire en elle-même est novatrice : où comment une faute de frappe peut chambouler votre vie jusqu'à vous faire perdre pied. Les personnages, eux, sont presque qualifiables de réels tellement on sent leur présence. Tan Leo qu’Emmi m’ont fascinée. Ils m’ont fait espérer, retenir mon souffle et finalement … ramener à la dure réalité de leur situation. Mon cœur palpitait pour eux à chaque nouvelle proposition de rencontre.

En fait je ne trouve rien à redire sur ce livre. Sa poésie des sentiments est une vraie merveille. Il mérite d’être lu et apprécié.

La fin est par contre une vraie torture. Je n’ai pu résister à lire le dernier mail de l’histoire quand je suis arrivée au milieu du roman ... quelle tristesse

Au final, c’est un livre que je recommande et même préconise. Il est de ceux qui, selon moi, sont indispensables. J’ai maintenant hâte de découvrir le deuxième tome!

 

Je remercie Livraddict et les édtions Le Livre de Poche qui m’ont encore une fois fait confiance pour un partenariat.

Vraiment, merci !

Repost 0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 11:16

 

de l'eau pour les éléphants sara gruen

Le Mot de l'Editeur:

" Ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle : en quelques mois, il a fait d’un auteur inconnu un véritable phénomène d’édition, le coup de coeur de l’Amérique. Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur « plus grand spectacle du monde ». Embauché comme soigneur, il va découvrir l’envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.
Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène la belle écuyère, et Rosie, l’éléphante que nul jusqu’alors n’a pu dresser, dans un improbable trio.
Plus qu’un simple roman sur le cirque, De l’eau pour les éléphants est l’histoire bouleversante de deux êtres perdus dans un monde dur et violent où l’amour est un luxe. "

Mon avis:

 J’aime être happée par le récit, me retrouver au milieu de la cohue, de la foule et de ses sensations. J’aime être le spectateur actif de l’histoire. J’aime sentir et voir à travers les personnages ...

Et bien, sachant cela,  on ne peut pas dire que j'ai été déçue par ce livre, bien au contraire ! En effet, j’ai pu gouter à la barbe à papa, sentir l’odeur si peu délicate du crottin, ressentir la tension et les relents d’alcool. De quoi en prendre plein les sens. En fait, ce livre m’a fais rire, pleurer, frissonner, réfléchir et bien plus encore. Tout un tas sensations bien trop difficiles à coucher sur le papier.

J’ai été fascinée par le monde du cirque que je ne connaissais pas et surtout par ses coulises. Son coté cruel et impitoyable accentué par la dureté de l’époque où prend place l’histoire. La couverture est franchement réussie et est en elle-même pleine de promesses d’évasion. En plus de ça, à chaque nouveau chapitre (ou presque)  on peut voir une magnifique photo d’époque d’une ambiance cirque. Ces illustrations sont de vraies merveilles.

L’alternance de passages au présent puis dans les souvenirs de Jacob se fait de manière extrêmement  douce et intelligente. Il est si facile de s’attacher autant au vétérinaire du présent qu'à celui du passé. J’ai néanmoins un faible pour celui qui vit dans notre époque car j’ai pu ressentir à quel point on peut être durs envers nos ainés. Il nous montre en quoi il est difficile de vieillir, de sentir tout le poids de ses erreurs ou de ses souvenirs auxquels on se raccroche autant que l’on peut pour ne pas perdre la tête.

C’est en fait un livre que j’ai tout particulièrement pris plaisir à lire avec un seul petit bémol : la fin. Je la trouve un peu insuffisante par rapport au livre et un peu brut. Mais sinon, quel plaisir de m’être plongée dans cet univers… merci infiniment Mme Gruen  pour l’avoir écrit !

Un grand merci à Livraddict qui m'a encore une fois fait confiance pour un partenariat et au Livre de Poche pour m'avoir gracieusement fourni le livre.

--------------------------------------------------------------

Et rien que c'est parce que c'est vous, voici la bande annonce du film

 

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 21:10

l'arbre des pleurs- Naseem Rakha

 

Le Mot de L'Editeur :

" Irène et Nate Stanley vivent paisiblement dans leur ferme de l'Illinois avec leurs deux enfants, Bliss et Shep, jusqu'au jour où Nate se voit offrir un poste de shérif adjoint à l'autre bout du pays. Malgré les réticences d'Irène, qui ne veut pas s'éloigner de sa famille, le couple part s'installer dans l'Oregon.Peu de temps après, Shep, leur fils de quinze ans, est assassiné chez eux au cours d'une apparente tentative de cambriolage. Le jeune meurtrier, Daniel Robbins, qui possède déjà un lourd passé de délinquant, est condamné à mort.L'équilibre de la famille se rompt suite à cette tragédie, que chacun essaie de surmonter à sa manière. Nate se terre dans le silence ; Irène, rongée par la haine, sombre dans l'alcool et la dépression ; Bliss, leur fille, se retrouve livrée à elle-même.Irène se raccroche d'abord à l'idée que l'exécution du meurtrier de son fils la délivrera de sa douleur. Mais, plus le temps passe, plus Irène prend conscience que la mort de Robbins ne pourra diminuer sa peine. Elle décide alors, à l'insu de son mari, d'écrire à celui qui a tué son fils pour lui offrir son pardon. C'est le début d'une correspondance qui durera huit ans.Des années plus tard, l'annonce de l'exécution de Daniel Robbins consterne Irène. Nate, révulsé par la réaction de sa femme, décide alors de lui livrer le secret de la mort de Shep... "

Mon avis

Ce livre est l’histoire d’une famille plongée dans l’abysse de la douleur et qui en subit encore l’effet bien des années plus tard. C’est le livre de la souffrance morale et émotionnelle, celle qui creuse sous la peau et qui s’incruste à en faire mal physiquement, celle qui ne laisse pas voir clair et faire le deuil. Mais ce livre est aussi un magnifique hymne au pardon, à l’acceptation et à la compréhension, un hymne à la beauté du monde et à la mémoire de ceux qui nous sont chers.

Honnêtement ’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire qui pourtant m’avait l’air extrêmement séduisante. J’ai trouvé le début un peu lourd, surtout quand Irène s’attarde à faire des descriptions sans fin de l’univers de son fils Shep.

Cependant, par la suite l’histoire s’est révélée émouvante et poignante. D’abord par le courage sans faille et la détermination impressionnante d’une mère pour se faire entendre et mener un combat bien solitaire. Ensuite, par la vie dans le couloir de la mort et la souffrance qui s’infiltre non pas seulement chez le condamné à mort mais aussi dans celui qui s’en charge.

On remarque qu’au fil des pages les personnages se dévoilent et deviennent de plus en plus attachants. Ils ont tous une place définie pour faire avancer l’histoire et nous dévoilent tour à tour une expérience bouleversante ou un point de vue plus qu'éclairé sur la situation.

Au final j'ai particulières aimé avoir été surprise par le fond abordé par l’auteur et découvrir un livre de cette beauté. En revanche, j’ai noté quelques longueurs surtout au début, qui alourdissent le récit et m’on un peu ennuyés ainsi q'une fin un peu précipitée.  

Malgré tout, c’est un livre que je recommande pour sa beauté et pour la délicatesse de son écriture.

 

Un grand merci à BoB et aux éditions L'Archipel

pour ce partenariat !

 

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 22:22

gayle forman, si je reste

 

Le Mot de l'Editeur

" Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle.

Quand, un jour, tout s'arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture... Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l'hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d'avant, imagine sa vie d'après. Sortir du coma, d'accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? "Si je reste"… "

Mon avis

Je me méfie généralement comme de la peste de cette bande publicitaire rouge sur la couverture et j’évite donc d’acheter ce genre de livres. Chose que j’aurais du faire car voyez vous je ne vois pas où est le rapport avec l’émouvant de Twilight dans tout ça, je n’ai pas retrouvé le même genre de sensations à la lecture. En plus la ficelle principal de l’histoire ressemble au roman de Marc Levy « Et si c’était vrai » qui est sortit bien avant celui-ci.

Mia est une adolescente dans le coma qui doute et cherche des raisons de vivre ou de se laisser mourir. Elle  repasse les moments de sa vie par fresques. Qu’ils soient heureux ou non ses moments nous aident à comprendre et à nous imprégner des sentiments de Mia qui sont l’essence même de ce roman. Seulement, étant donné qu’ils ne sont  pas chronologiques, certains souvenirs peuvent se chevaucher ou se répéter. Cependant, je me suis quelques fois retrouvée  dans certaines de ses attitudes et trames de réflexion.

Par contre, les messages dissimulés par l’auteur sous les souvenirs et  histoires de la vie de l’héroïne sont on ne peut plus banaux (confiance en soi, honnêteté …) et pas assez traités à mon gout. Néanmoins  certains passages on l’air plus lourd de sens et profonds ce qui pousse le roman un peu plus haut dans mon estime.

La musique occupe une grande place dans la vie de Mia et on en a des références tout au long du livre. N’étant pas un fan de rock j’avoue que je n’ai reconnu que les morceaux de classique et encore, chose qui m’a un peu perturbée (soyons clairs, je me suis senti inculte face aux grands classiques de la musique).

C’est au final un roman bien gentillet (il ne fau pas oublier que Mia n’a que 17 ans), très linéaire et dans lequel il ne faut pas vous attendre à des rebondissements. Mais c’est aussi une histoire pleine d’humanité et de bon sens.

C’est donc un avis vraiment mitigé percé d’une pointe de déception pour ce roman dont on m’avait dit grand bien. Je m'attendais à quelque chose de plus profond...

 

Repost 0